0%

Premiers pas au Vietnam : Ho Chi Minh City

10

Le Vietnam. Ce pays que j’attendais plus que les autres. On y est ! Le mini-van qui nous conduit vers la ville d’Ho Chi Minh roule vite, il double sans cesse sur une ligne droite vraiment étroite. La circulation au Vietnam ne respecte qu’une seule loi, celle du plus fort. C’est un espèce de gros fouillis. Enfin ça l’était déjà au Cambodge, mais là je crois que c’est pire…

poste oh chi minh

Poste centrale d’Ho Chi Minh

Sieste en ville

Sieste en ville

Les rizières défilent sous nos yeux, les goutes de pluie dansent sur la vitre. Après plusieurs heures de voyage, on change enfin de véhicule pour un car couchette, et là il faut dire que c’est « royal » : wifi, couverture, sièges inclinés, ça change des bus tout moisis ! Bon, faut pas non plus oublier qu’on est en Asie, et donc, le bus finit soudainement par s’arrêter sur le bord de la route. Problème mécanique. Il est 22h30. Mais le chauffeur fait une réparation maison, car ici les hommes savent construire ou réparer presque tout, et c’est reparti ! On arrive à Ho Chi Minh City dans la nuit. Le lendemain on ira à la rencontre de l’ancienne Saïgon, la plus grande ville du pays. Ici, le modernisme prend petit à petit le dessus. Ici les trottoirs sont envahis dès les premières heures du jour par les marchands en tout genre et c’est un véritable parcours du combattant de s’y balader à pieds. À Ho Chi Minh City, on ira d’abord déjeuner dans un restaurant local : un menu unique, une soupe de nouilles au crabe, et l’ambiance qui fait tout le charme. On visitera ensuite le palais de la réunification, un petit bijou des années 60. Et puis on ira faire un tour au musée des atrocités américaines, renommé par « musée des vestiges de la guerre », le nom précédent faisait sans doute trop tâche. Pourtant, là encore, après le S21 au Cambodge, on sera confrontés au pire.

déjeuner oh chi minh

palais de réunification oh chi minh

Bunker du palais de la réunification

Le lendemain on prendra le bus pour aller explorer un autre quartier, celui de Cholon. À première vue rien d’intéressant, si ce n’est ses temples chinois. Ils sont presque invisibles, au milieu des immeubles grisâtres. Des trésors cachés. Les innombrables bâtons d’encens enfument tout le temple dans lequel on s’est invités. L’ambiance est mystique. Les fidèles déposent des offrandes à des dieux qu’on ne connaît pas.

En fin de journée, on se baladera sur les bords de la rivière de Saïgon, le long des buildings du quartier d’affaires. On regardera, un peu amusés, les anciens faire leurs exercices de fin de journée et des gamins sauter d’un pont, à qui fera le meilleur plongeon. Leur rires auront le son de la liberté. Et on découvrira, enfin, le café vietnamien ! Une pure merveille qui s’écoule goutte à goutte directement dans notre tasse, à travers un filtre en métal. Étonnant procédé. La bonne vieille bière sera bien vite oubliée au profit de ce délicieux café au goût de noisette, qui se boit chaud ou avec des glaçons.

La ville d’Ho Chi Minh nous fatiguera assez vite, trop de circulation, trop de pollution, pas assez de verdure… On la quittera après deux jours, pour retrouver l’océan, plus à l’Est.

Temple chinois dans le quartier Cholon

Temple chinois dans le quartier Cholon

Temple chinois dans le quartier Cholon

ho chi minh city

Les gamins plongent dans la rivière de Saïgon